Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
jeannefadosi

Dans le sillage de 24 heures photo 2017 - 50

24 Décembre 2017, 12:20pm

Publié par Jeanne Fadosi

Interrompue par un gros bug sur mon ordi vendredi soir, je n'ai pas pu traduire dans les faits mon intention de jumeler avec ma propre photo de la semaine une actualité de ma région si possible donnant de l'optimisme. Et là, j'avais sous les yeux la une du journal local faisant focus sur un sujet qui me tient à coeur et sur un lieu qui a longtemps fait partie de mon paysage. 

Et je dis à ces jeunes gens courageux, car il en faut pour briser la loi du silence : bravo ! 

J'espère de tout coeur que cette réaction massive va faire bouger les lignes et surtout dans le sens d'un mieux vivre ensemble, apaisé et plus serein.

Dans le sillage de 24 heures photo 2017 - 50

Balance ton bahut ! Dans le sillage de plus en plus étendu de l’affaire Weinstein, la mobilisation jeudi de 300 jeunes tenant un piquet de grève contre le sexisme devant leur lycée de Pontoise (Val-d’Oise) est une première. La mise en lumière d’une réalité crue que nombre d’adultes soupçonnaient peut-être mais ne voyaient pas.

Le Parisien, Val d'Oise du vendredi 22 décembre 2017

Commenter cet article
Q
Je n'en reviens pas, mais je pense que de toute façon, toute dérive doit être signalée.<br /> Bises et douce soirée.
Répondre
C
une très grosse vague de révolte/balance est en cours suite à la fameuse affaire mais comme pour tout il faut rester "prudent" car c'est aussi l'occasion de règlements de comptes perso donc la dérive peut être pas loin c'est pas bon ça et donc...????!!!!!<br /> mais sinon bravo à ces jeunes<br /> je travaille dans un lycée je suis bien placée pour savoir ....<br /> bisous<br /> patricia
Répondre
J
les langues ou plutôt les doigts sur les claviers ont libéré des témoignages nombreux, soutenus par cette vague incroyable. Je ne suis pas abonnée à d'autres réseaux sociaux que mes blogs. Le peu d'écho que j'en ai (c'est peut-être un leurre vu que je n'ai l'info qu'indirectement) me laisse penser qu'il n'y a que très peu de témoignages nommant les agresseurs sauf exception et seulement pour témoigner de faits connus et plus ou moins mis sous couvercle depuis souvent des années. Je trouve que cette régulation spontanée est plutôt de bonne augure. Des règlements de compte perso, je n'y crois pas beaucoup. Il y a tellement plus à perdre qu'à "gagner" (et encore juste la reconnaissance de ce que l'on a été agressé) en osant parler. Je me souviens de la difficulté à faire condamner les agresseurs ados de tournantes dans les années 1990 et 2000 ... et souvent la double peine des jeunes qui osaient parler.<br /> J'imagine que la situation dans les collèges et les lycées ne s'est pas améliorée question omerta.
J
Eh oui Jeanne, être une femme aux yeux de certains hommes c'est la porte qui doit s'ouvrir à tout !!! Ben non... bon dimanche, jill
Répondre