Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jeannefadosi

Silhouettes ... sans frontières et sans mots ...

26 Janvier 2016, 09:50am

Publié par Jeanne Fadosi

En hommage

Silhouettes : le thème Entre ombre et lumière cette semaine

Sans frontières et sans mots ... : le titre du billet de cette photo, publié deux fois en hommage à des reporters-photographes* 3 novembre 2013 ; 13 mai 2014

Aujourd'hui en hommage à une photographe** qui n'a pas survécu à ses blessures lors de l'attentat de Ouagadougou du 15-16 janvier 2016

Silhouettes ... sans frontières et sans mots ...

* 2 novembre 2013 à Kidal (nord Mali), Ghislaine Dupont et Claude Verlon, journalistes de RFI (Radio France International) (info Le Monde)

12 mai 2014 en République centrafricaine, Camille Lepage, photographe et journaliste

(info La dépêche ; Le Monde ; Le Monde) ; fiche wikipedia

** 15 janvier 2016, gravement blessée lors de l'attentat de Ouagadougou, 18 janvier 2016 décès à l'hôpital de Ouagadougou, Leila Alaoui, artiste-photographe franco-marocaine, effectuait un reportage pour Amnesty International (info Le Monde) ; fiche wikipedia ; exposition MEP (maison européenne de la photographie))

Commenter cet article

flipperine 26/01/2016 18:12

dommage qu'une vie soit brisée ainsi

ellerium 26/01/2016 16:31

j'ai vu quelques unes de ses photos circuler. Il est bien dommage de la découvrir à cause de ce drame, bonnejournée

emma 26/01/2016 15:36

oui , terribles évenements, merci pour eux, et jolie photo

Josette 26/01/2016 13:10

je bisse le commentaire de Fabienne
bizzzzzzzzzz

Martine 85 26/01/2016 11:14

Il faut être courageux pour être reporter dans des zones à risque ou de guerre. Cela demande de la passion pour son métier mais aussi la volonté d'être utile en témoignant. Si au moins toutes les atrocités qu'ils nous montrent pouvaient servir la paix..... C'est plus tranquille de faire un reportage sur le beau château de Villarceaux.

jill bill 26/01/2016 10:43

Pas une profession sans risque que ce travail de reporter, je parle pour celui qui va sur le terrain, merci Jeanne, bises

Jeanne Fadosi 26/01/2016 10:51

ils sont indispensables pourtant, de vrais soldats du faire savoir. Pas sans risque évidemment et avec aussi de grandes responsabilités de dicernement